700 gisants contre l'euthanasie

Informations exclusives

TF1 20h du 25 janvier 2011

France 5 du 29 janvier 2011 : émission "Revu et Corrigé", avec Xavier Mirabel, président de l'Alliance pour les Droits de la Vie (2e partie de l'émission, à partir de 39mn 18sec)

Débat au Sénat le 25 janvier 2011 pour légaliser l'euthanasie

Les Français méfiants face à la légalisation de l’euthanasie ! Découvrez le tout nouveau sondage de la SFAP : http://www.sfap.org/content/sondage-sur-les-soins-palliatifs-janvier-2011

Informations exclusives sur trois pays européens où l'euthanasie est aujourd'hui légale : Pays-Bas, Belgique, Suisse

Je signe !

Etat-civil *:
Nom *:
Prnom *:
E-mail *:
J'accepte d'être informé par email

(*) Champs obligatoires

Je fais signer mes amis !

Actuellement: 57618 signatures pour la ptition.

Aucune information personnelle n'est collectée à votre insu, aucune information personnelle n'est cédée à des tiers.

Commentaires

152 Commentaires

Page 13 sur 16 12345678910111213141516 << >>

#31 le gal a écrit le 07-12-2010 17:45 answer

MERCI DE VOTRE INITIATIVE.. DE VOTRE NOBLE COMBAT... Pour ma petite part j'ai distribué une bonne trentaine d'exemplaires de votre Appel et je n'ai pas fini... en espérant que ça fera boule de neige... car il faut bien informer les gens sur ce si grave sujet.. Donc tous et toutes "au travail" autour de nous ! par pitié pour la société c'est à dire nous tous...

#30 TANGUY a écrit le 28-11-2010 21:04 answer

depuis 2009, je me suis engagé en tant que bénévole auprès des malades en fin de vie (court terme ou moyen terme).

 

Je peux témoigner que l'accompagnement d'un frère ou d'une soeur en humanité est source de joie intérieure, même s'il est parfois difficile de rester silencieux au chevet d'une personne en souffrance. Comme Marie de Henzel le dit si bien "ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre !".

 

Je ne pense pas que ceux qui font mourir nous apprennent à vivre, bien au contraire, ils nous apprennent à ignorer que toute personne humaine est sacrée, car la vie qui est en elle, est ma propre vie.

 

Ceux et celles qui militent au Sénat en faveur de l'euthanasie devraient réfléchir "un tout petit peu" que, dans des délais plus ou moins longs, ce seront peut-être l'un d'entre eux qui, confrontés à la maladie puis à la mort, seront ceux-là mêmes qui auront besoin d'une écoute, d'une présence humaine, enfin de l'Amour désintéressé.

 

Et si cette espérance si humaine, se terminait pour eux par le fruit de leur entêtement.

 

Chers Sénateurs, n'oubliez pas que vous êtes vous aussi, en ce moment, en fin de vie à plus ou moins long terme à quelques décennies près.... L'arme mortelle dont vous vantez les mérites sous couvert d'une fausse humanité, risquerait bien de se retourner contre vous.

 

Un peu de sagesse vous ferait le plus grand bien.

 

Philippe

#29 BADELON a écrit le 27-11-2010 17:47 answer

Le plan Alzheimer, la lutte contre le cancer et les soins palliatifs, qui sont les 3 priorités annoncées par Nicolas Sarkozy depuis le début de son mandat présidentiel, ont un point commun. Ils demandent une prise en charge humaine très lourde et coûteuse.

 

L’évolution de la société a provoqué un éclatement de la cellule familiale avec une séparation puis une exclusion des personnes âgées en se reposant de plus en plus sur les maisons de retraite et sur l’hôpital en fin de vie.

 

Les maisons de retraite médicalisées sont très coûteuses et les déviances liées aux contraintes budgétaires seront difficiles à contrôler.

 

Ce serait une erreur stratégique de développer encore plus les structures hospitalières de soins palliatifs qui sont très coûteuses et l’hospitalisation à domicile avec du personnel hospitalier qui fait déjà cruellement défaut dans les hôpitaux.

 

Les prélèvements fiscaux et sociaux sont de plus en plus mal vécus par les particuliers et les entreprises alors que l’État providence est confronté à de plus en plus de sollicitations en subventions et qu’il devrait lui-même diminuer ses dépenses.

 

Il est possible de faire des propositions bien différentes qui reposent sur une vision libérale, responsable et solidaire de notre société.

 

Il faut trouver les moyens financiers et modifier les comportements.

 

Il faut aider les personnes âgées dépendantes à vivre et à mourir à leur domicile, si possible en famille. Pour cela, il faut d’une part favoriser les aides ménagères et le regroupement familial et d’autre part améliorer les soins à domicile.

 

1/ Les aides ménagères et le regroupement familial demandent deux mesures fiscales complémentaires qui doivent être appliquées quel que soit le revenu des contribuables :

 

1-1/ Déduire complètement du revenu les aides à domicile pour les personnes âgées.

 

1-2/ Compter une part complète dans la déclaration des revenus pour les personnes âgées à la charge de la famille, qu’elles soient logées dans le domicile principal ou à proximité immédiate.

 

2/ Les soins à domicile doivent être fait avec l’aide des praticiens libéraux en rémunérant correctement les soins infirmiers et médicaux en fonction du temps passé en transport et au domicile du patient.

 

Dr Olivier Badelon

www.societedavenir.com

#28 Dominique a écrit le 26-11-2010 20:19 answer

Il en est de cette loi, comme de celle qui promettait une utilisation exceptionnelle de l'ivg.Et c'est bien à cause de cette première dérive, qu'on en arrive à envisager de pouvoir aussi se trouver un motif "légitime" d'attenter à la vie d'autrui ou à la sienne. Avec toujours le même argument d'utilisation très cadrée.Le pouvoir de donner la mort, a un curseur que l'homme doit laisser au point zéro.Il n'est pas dans les compétences humaines de décider le meilleur moment. Mais ne pas laisser souffrir... cela a un coût c'est sûr! en discuter le prix, c'est nous avilir !

#27 Dominique a écrit le 24-11-2010 23:07 answer

Bravo pour cette initiative! la vie est un bien précieux. Et que savons-nous de ce grand passage de la fin de vie? En tant que soignante, je m'insurge aussi qu'on puisse nous demander un tel acte ...

#26 Philippe Le Bourgeois a écrit le 20-11-2010 20:05 answer

Il y a une loi adaptée ,entre autres, à la fin de vie: la loi Léonetti qui reste très mal connue alors qu'elle est appliquée à l'hôpital et permet surtout de faire face à des situations difficiles pour les soignants, les malades et leurs familles.

L'alternative à l'Euthanasie, réclamée par bcp est un meilleur accompagnement, la confiance de ne pas être abandonné ou seul pour mourir, ce qui nécessite une implication de l'ensemble de la société, du monde médical, une prise de conscience du caractère sacré de la vie et de l' immense respect qui lui est dû, remède souverain contre l'acharnement thérapeutique et l'espoir de mourir dans une certaine dignité.

#25 Thierry des Lauriers a écrit le 20-11-2010 15:37 answer

Merci pour votre vigilance et votre initiative.

Notre fille Pia est morte le 6 mars dernier d'une tumeur au cerveau ; elle souhaitait vivre jusqu'au bout en gardant au mieux sa conscience en étant soulagée de sa souffrance ; cela a été possible grâce à la qualité de suivi des soignants et médecins du service de neurochirurgie de Roger Salengro à Lille puis à l'unité de soins palliatifs du CHRU de Lille. Jusqu'au bout, quelques heures avant sa mort nous avons pu encore, après une grande journée de coma, communiquer avec elle au travers de pression de la main. La vie mérite d'être respectée complètement et totalement jusqu’au bout, sans acharnement thérapeutique inutile.

#24 VILLEMUR a écrit le 20-11-2010 15:15 answer

Cela me fait frémir à ce qui pourrait arriver si "l'euthanasie" est autorisée. Sommes-nous devenus fous ? ? des apprentis sorciers ?

#23 képéklian a écrit le 20-11-2010 00:37 answer

euthanasie= voie ouverte à tout et n'importe quoi. Pourra permettre de camoufler des actes interdits.

C'est méconnaître la grandeur de la face intérieure de la vie, chose que nous sommes incapables de connaître à notre niveau - On doit donc s'interdire d'y toucher.

#22 domy a écrit le 19-11-2010 22:41 answer

Il ne faut surtout pas que l'on ait droit à l'euthanasie sinon je crains de grandes dérives. Aujourd'hui grâce à l'interdiction de l'acharnement thérapeutique les gens ne souffrent plus durant des heures et des heures et l'on en voit qui se battent jusqu'au dernier souffle pour ne pas partir alors laissons faire la nature qui nous a donné la chance de naître alors que des couples se battent pour avoir des enfants et donner la vie, certaines personnes voudraient avoir le droit de la retirer à d'autres ....