700 gisants contre l'euthanasie

Informations exclusives

TF1 20h du 25 janvier 2011

France 5 du 29 janvier 2011 : émission "Revu et Corrigé", avec Xavier Mirabel, président de l'Alliance pour les Droits de la Vie (2e partie de l'émission, à partir de 39mn 18sec)

Débat au Sénat le 25 janvier 2011 pour légaliser l'euthanasie

Les Français méfiants face à la légalisation de l’euthanasie ! Découvrez le tout nouveau sondage de la SFAP : http://www.sfap.org/content/sondage-sur-les-soins-palliatifs-janvier-2011

Informations exclusives sur trois pays européens où l'euthanasie est aujourd'hui légale : Pays-Bas, Belgique, Suisse

Je signe !

Etat-civil *:
Nom *:
Prnom *:
E-mail *:
J'accepte d'être informé par email

(*) Champs obligatoires

Je fais signer mes amis !

Actuellement: 57616 signatures pour la ptition.

Aucune information personnelle n'est collectée à votre insu, aucune information personnelle n'est cédée à des tiers.

Commentaires

152 Commentaires

Page 10 sur 16 12345678910111213141516 << >>

#61 normand veronique a écrit le 17-01-2011 22:23 answer

Formuler clairement, cet interdit du meurtre dans la démarche palliative est fondamentale pour le malade, c’est la clef de voute du pacte de confiance. V. Kinésithérapeute

#60 Henri DUHIL a écrit le 17-01-2011 22:18 answer

j'ai accompagné un ami très proche atteint d'un cancer grave. Il a préféré, sans m'en avertir, demander à une amie médecin une piqûre létale. Et elle l'a fait ! Ca me fait mal.

#59 normand veronique a écrit le 17-01-2011 22:17 answer

Nous demandons pour nos malades incurables un droit à être traités avec décence, délicatesse et à ne pas être inquiétés. Nous demandons des soins justes, qui leur confèrent plus que des droits : des égards, une véritable attention à leurs besoins et leurs attentes, nous demandons pour eux une continuité et une cohérence dans les soins , dans un partage , une solidarité, et une force d’inspiration , de créativité et de bonté qu’eux-mêmes nous donnent.

La médecine ne doit pas céder à l’emprise de son pouvoir totalitaire, et ne pas faire la confusion entre son pouvoir et sa responsabilité.

Si la société cède sur cela, alors l’indifférence, et la violence qui l’accompagne, phagocyteront toutes nos valeurs humaines démocratiques et entraveront gravement la paix civile.

Ce projet de loi est une menace suicidaire !

véronique; kinésithérapeute

#58 huitric a écrit le 17-01-2011 19:41 answer

je signe la pétition car je crains les abus qui peuvent en découler mais, à titre tout à fait personnel, je désire que soit respectée la demande d'euthanasie. Lorsque le patient vit seul, sans amour et qu'il n'en peut plus de vivre et n'a pas le courage ou la possibilité de se suicider, il a le droit de demander que s'achève une vie dont il ne veut plus. La mort est une réalité biologique et nous sommes libres d'en fixer l'échéance.

A cause de leur manque de ressources, ja vu ma grand-mère parfaitement autonome mais devenue amnésique être enfermée l "l'asile de Charenton avec les fous" pendant 10 ans, étant consciente de ce qui l'environnait et demandant chaque jour quand elle allait sortir. Ma mère a été hospitalisée dans un centre (elle ne pouvait plus se déplacer et avait des troubles psychiques, probablement type Alsheimer. Elle a été placée sous tutelle administrative. Rapidement, sans qu'on ait cherché à consulter ce qui lui restait de famille, elle a été opérée (dans une clinique privée) d'une double prothèse de hanche, sous locale, alors qu'aucun médecin n'avait voulu l'opérer (ostéoporose maximale). Elle est morte de se suicid jours après.

Elle avait souhaité mourir et tenté de se suicider et elle a fini comme cobaye chirurgical.

Aussi, si je dois avoir la même fin de vie qu'elle, je demanderai officiellement de droit à mourir. Je suis certaine que ces deux femmes, si elles avaient eu la possibilité de faire cette demande, l'auraient faite. La fin de ma mère et les 6 années précédant sa "suppression" par le corps médical, n'ont été qu'un souffrance continue. Mais je respecte profondément la vie et comprend que certains désirent aller jusqu'au bout. J'accompagne de très grands handicapés dont certains n'ont aucune chance d'évoluer. Pour certains, sans famille, sans espoir et incapables de décider s'ils souhaitent continuer à vivre ou non, je me pose parfois la question.

Et je n'aborde pas le problème du coût énorme de leur hospitalisation. Nos enfnts seront-ils en mesure de financer notre survie jusqu'à 100 ans, la survie de personnes très lourdement handicapées tout en espérant toucher une petite retraite à -8 ans passés?

Nous sommes loin de la situation de la vieille femme esquimau qui partait mourir seule sur la banquise pour ne pas être à charge de sa tribu.

Nous n'aurons même plus cette possibilité, la banquise disparaissant....commentaire

#57 hoareau a écrit le 17-01-2011 19:01 answer

Personnellement, j'ai informé ma fille que je refusais l'euthanasie,même si la souffrance ou le manque de lucidité me faisait un jour dire le contraire. C'est comme pour le don d'organes il faut prévenir ses proches lorsque l'on a toute sa tête de notre décision.

#56 Agathe a écrit le 17-01-2011 17:10 answer

La société est là pour protéger les plus faibles... et pour protéger la vie. Légaliser l'euthanasie est donc un non-sens. Il me paraît important qu'un être humain qui prend la vie d'un autre soit jugé... ce qui ne veut pas forcément dire condamné.

#55 procter a écrit le 17-01-2011 11:48 answer

Ma grd-mère est à l'hôpital. Elle a 97 depuis hier dimanche. Son opération s'est bien passée mais l'aide au retour à l'autonomie n'existe

pas. Personne ne l'aide à serelever, le kiné (on ne sait pas si il passe ...). Cela va faire un mois qu'elle ne bouge plus, reste sur son lit et commence à ne plus vouloir manger... Les infirmières ne m'ont pas semblé être si occupées et affairée avec elle ou les autres patients qui sont seuls (la sonnette d'un des patients a retentit pdt longtemps hier après-midi)... La programmation de sa mort est déjà opérée. Le hic est que nous sommes nombreux à nous en occuper et que l'un d'entre nous est une infirmière donc nous essayons de faire de notre mieux mais chacun doit retourner au travail en semaine et nous ne savons pas ce qui se passe VRAIMENT.

#54 C.CHARNAY a écrit le 16-01-2011 08:32 answer

Non à l'euthanasie et oui au respect du droit à la vie

#53 Ferre a écrit le 15-01-2011 22:25 answer

Quand la souffrance physique nous submerge,sommes-nous capables de décider librement et en toute lucidité si nous voulons vraiment mourir ?

#52 riviere a écrit le 15-01-2011 21:54 answer

En tant que gériatre, la question de l'euthanasie est fondamentale. Il faut lire et relire la phrase de Lucien Israel:" le monde vers lequel nous nous dirigeons sera à l'image du sort qu'il réservera à ses vieillards...Si ce monde n'a qu'une hâte, celle de se débarasser de ses vieillards, il est évident que toutes les catégories humaines qui ne seront pas considérées comme productives pour les pouvoirs en place connaitront le même sort". Le vieux ne sert effectivement à rien, il est pure gratuité...comme l'amour...